Certificat Économie Énergie pour le calorifugeage – Réseaux

Certificat Économie Énergie pour le calorifugeage – Réseaux

Certificat Économie Énergie pour le Secteur Réseaux

Plus de détails sur les opérations, le matériel et l’isolation des canalisations en secteur réseaux

Règles d'éligibilité pour le calorifugeage des canalisations d'un réseau de chaleur

Cette opération s’applique aux réseaux de chaleur existants

Ces travaux consistent à mettre en place un calorifugeage des canalisations d’un réseau de chaleur en caniveau dans tout ou partie du réseau.
Est considéré comme existant un réseau de chaleur dont la date de première livraison de chaleur est antérieure d’au moins un an à la date d’engagement de l’opération. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Les canalisations en caniveau concernées sont :

 – les canalisations aller ou les canalisations retour pour les réseaux d’eau chaude (basse température ≤ 120°C) ou d’eau surchauffée {haute température> 120°C);

– les canalisations aller ou les canalisations retour pour les réseaux d’eau chaude (basse température > 120°C) ou d’eau surchauffée {haute température> 120°C);- les canalisations aller pour les réseaux de vapeur.

  • La mise en place est réalisée par un professionnel.
    La performance de l’isolant doit être supérieure ou égale à celle décrite dans le tableau ci-dessous {interpolations linéaires possibles) où DN est le diamètre nominal de la canalisation.
  • La conductivité thermique λ de l’isolant est inférieure ou égale à 0,06 W/m.K.
  • L’épaisseur minimale d’isolation (en mm) respecte les valeurs ci-après en fonction du diamètre nominal ON de la canalisation et de la conductivité thermique λ de l’isolant.
  • Pour des valeurs de conductivité thermique inférieures à 0,03 W/m.K, il convient de se reporter aux épaisseurs minimales données pour la valeur de conductivité thermique de 0,03 W/m.K.

  • La mise en place d’une canalisation pré-isolée de caractéristique thermique équivalente est également éligible à la présente fiche.

  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un calorifugeage sur les canalisations du réseau de chaleur, la nature du fluide caloporteur (eau chaude, eau surchauffée, vapeur), la longueur et le diamètre nominal des canalisations isolées et la performance de l’isolant (conductivité thermique en W/m.K et épaisseur de l’isolant).

  • Le document justificatif spécifique à l’opération est le descriptif de la portion concernée par l’isolation du réseau de chaleur précisant sa longueur, son diamètre nominal, le type de fluide caloporteur ( eau chaude, eau surchauffée ou vapeur) et la durée annuelle d’utilisation du réseau. Ce document identifie le réseau de chaleur concerné; il est daté et signé par le bénéficiaire de l’opération et le gestionnaire de ce réseau.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-CH-106.

Règles d'éligibilité pour l'isolation de points singuliers sur un réseau de chaleur

Cette opération s’applique aux réseaux de chaleur et sous-stations existants

Ces travaux consistent à mettre en place des systèmes isolants (matelas, boîte, calorifuge) pour l’isolation de points singuliers sur les réseaux de chaleur. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Les coudes, soudures et tuyauteries elles-mêmes ne sont pas éligibles à l’opération.
  • La mise en place est réalisée par un professionnel.
  • La résistance thermique (ratio épaisseur / conductivité thermique) du système isolant pour l’isolation du point
    singulier est supérieure ou égale à :
    – 1,5 m2.K/W à une température moyenne de 70°C pour un réseau d’eau chaude ;
    – 1,2 m2.K/W à une température moyenne de 90°C pour un réseau d’eau surchauffée ;
    – 1 m2.K/W à une température moyenne de 110°C pour un réseau de vapeur.
  • La preuve de la réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un système isolant (matelas, boîte,
    calorifuge) pour l’isolation d’un point singulier sur un réseau de chaleur, la nature du fluide caloporteur (eau chaude,
    eau surchauffée, vapeur), la résistance thermique de l’isolation installée.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-CH-107.

Des équipes à votre disposition !

En plus d’un service en ligne performant et gratuit, nous mettons nos équipes à votre disposition. Elles assurent le bon déroulement de votre financement par le dispositif des Certificats Économie Énergie.

Notre service client gratuit vous garantit une réponse claire à toute demande. L’assistance dont vous bénéficiez est valable avant, pendant et après vos travaux.

Certificat Économie Énergie pour éclairage extérieur

Certificat Économie Énergie pour éclairage extérieur

Certificat Économie Énergie pour le Secteur Réseaux

Plus de détails sur les opérations, le matériel et les équipements pour l’éclairage extérieur

Règles d'éligibilité pour l'installation d'une horloge astronomique sur éclairage extérieur

Cette opération s’applique à l’éclairage public extérieur existant permettant tous les types de circulation, l’éclairage existant d’ambiances urbaines, l’éclairage extérieur privé existant. Ces travaux consistent à mettre en place une ou plusieurs horloge(s) astronomique(s) pour commander un éclairage extérieur. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes : 

  • Est éligible toute action pour laquelle chaque horloge astronomique respecte les exigences suivantes :
    – heure courante assurée soit par radio synchronisation soit par un système interne ;
    – mise à l’heure automatique par radio synchronisation.
  • La mise en place est réalisée par un professionnel.

 

  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne :
    – la mise en place d’une ou plusieurs horloge(s) astronomique(s) ;
    – le nombre d’horloges installées ;
    – les caractéristiques des horloges installées : heure courante assurée soit par radio synchronisation soit par un système interne, et mise à l’heure automatique par radio synchronisation.

 

  • A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un nombre d’équipements avec leur marque et référence, et elle est accompagnée par un document issu du fabricant indiquant que le ou les équipement(s) de marque et référence installé(s) sont des horloges astronomiques permettant de commander un éclairage extérieur avec heure courante assurée soit par radio synchronisation soit par un système interne, et mise à l’heure automatique par radio synchronisation.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-EC-107.

Règles d'éligibilité pour la maîtrise de puissance sur éclairage extérieur

Cette opération s’applique à l’éclairage public extérieur existant (autoroutier, routier, urbain, dit « fonctionnel ») permettant tous les types de circulation (motorisée, cycliste), l’éclairage existant d’ambiances urbaines (rues, avenues, parcs, allées, voies piétonnes), l’éclairage extérieur privé existant (voiries, parkings, parcs, etc.). Ces travaux consistent à mettre en place un système de maîtrise de la puissance réactive en éclairage extérieur. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes : 

  • Sont éligibles à cette action les régulateurs de tension, les ballasts électroniques ou les variateurs de puissance qui assurent la fonction régulation de la puissance réactive, sur tout luminaire dont la source lumineuse est une lampe à décharge.
    Les condensateurs de compensation ne sont pas éligibles.
  • La mise en place est réalisée par un professionnel.
  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un système de maîtrise de la puissance réactive en éclairage extérieur.
    A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un équipement avec ses marque et référence, et elle est accompagnée par un document issu du fabricant indiquant que l’équipement de marque et référence installé est un système permettant la maîtrise de la puissance réactive en éclairage extérieur.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-EC-102.

Règles d'éligibilité pour un système de régulation de tension en éclairage extérieur

Cette opération s’applique à l’éclairage public extérieur existant : autoroutier, routier, urbain, dit « fonctionnel », permettant tous les types de circulation (motorisée, cycliste). L’éclairage existant d’ambiances urbaines : rues, avenues, parcs, allées, voies piétonnes. L’éclairage extérieur privé existant : voiries, parkings, parcs, etc.
Ces travaux consistent à mettre en place un système de régulation de tension en éclairage extérieur. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Sont éligibles à cette action les équipements qui assurent la fonction régulation de tension sur tout luminaire dont la source lumineuse est une lampe à décharge : régulateurs de tension, ballasts électroniques, variateurs de puissance.
  • La mise en place est réalisée par un professionnel.
  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un système de régulation de tension en éclairage extérieur.
  • A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un équipement avec ses marque et référence, et elle est accompagnée par un document issu du fabricant indiquant que l’équipement de marque et référence installé est un système permettant la régulation de tension en éclairage extérieur.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-EC-101.

Règles d'éligibilité pour la rénovation d'éclairage extérieur

Cette opération s’applique aux à l’éclairage public extérieur existant : autoroutier, routier, urbain, dit « fonctionnel », permettant tous les types de circulation (motorisée, cycliste). L’éclairage existant d’ambiances urbaines : rues, avenues, parcs, allées, voies piétonnes. L’éclairage extérieur privé existant : voiries, parkings, parcs, etc. Cette opération ne concerne ni l’illumination de mise en valeur des sites ni l’éclairage des terrains de sport.

Ces travaux consistent à rénover l’éclairage extérieur par dépose de luminaires et à mettre en place des luminaires neufs dont la source lumineuse peut être remplacée. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

Est éligible à cette action toute rénovation pour laquelle chaque luminaire neuf respecte les exigences suivantes :
– ensemble optique fermé d’un degré de protection (IP) de 65 minimum ;
– cas n°1 : efficacité lumineuse ≥ 90 lumens par Watt et ULOR ≤ 1 % (ou, pour les luminaires à LED, ULR ≤ 3%).
– cas n°2 : efficacité lumineuse ≥ 70 lumens par Watt et ULOR ≤ 10 % (ou, pour les luminaires à LED, ULR ≤ 15 %)

L’efficacité lumineuse est le ratio entre le flux lumineux initial total sortant et la puissance totale du système (y compris les auxiliaires). Les luminaires utilisés pour l’éclairage fonctionnel des voies de circulation doivent respecter les conditions du cas n°1.

La mise en place est réalisée par un professionnel.

La preuve de réalisation de l’opération mentionne :
1- la dépose des luminaires existants ;
2- la mise en place de luminaires neufs ;
3- et le nombre et les caractéristiques des luminaires neufs installés : degré de protection de l’ensemble optique fermé (IP), efficacité lumineuse en lumen par Watt, et ULOR (ou ULR pour les luminaires à LED).

Par dérogation aux points 2 et 3 ci-dessus, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un nombre donné d’équipements, identifiés par leurs marque et référence précises, et est accompagnée par un document issu du fabricant. Ce document mentionne que l’équipement de marque et référence mis en place est un luminaire, avec ses caractéristiques : degré de protection de l’ensemble optique fermé (IP), efficacité lumineuse en lumen par Watt, et ULOR (ou ULR pour les luminaires à LED).

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-EC-104.

Règles d'éligibilité pour un système de variation de puissance en éclairage extérieur

Cette opération s’applique concerne l’éclairage public extérieur existant : autoroutier, routier, urbain, dit « fonctionnel », permettant tous les types de circulation (motorisée, cycliste). L’éclairage existant d’ambiances urbaines : rues, avenues, parcs, allées, voies piétonnes. L’éclairage extérieur privé existant : voiries, parkings, parcs, etc. Ces travaux consistent à installer un système de variation de la puissance en éclairage extérieur. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Sont éligibles à cette action les ballasts électroniques permettant une gradation ou les systèmes qui assurent cette fonction.
  • Les technologies utilisées pourront être des systèmes centralisés (variateur sur le départ au niveau de l’armoire d’alimentation) ou décentralisés (variateur lampe par lampe).
  • La mise en place est réalisée par un professionnel.
  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un système de variation de la puissance en éclairage extérieur.
  • A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un équipement avec ses marque et référence, et elle est accompagnée par un document issu du fabricant indiquant que l’équipement de marque et référence installé est un système de variation de la puissance en éclairage extérieur.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche RES-EC-103.

Nos installateurs

Afin de vous garantir une installation de qualité, nous portons attention à nos installateurs professionnels. Nous vérifions régulièrement les compétences et le savoir-faire des professionnels que nous vous conseillons.

Notre service en ligne recherche l’installateur le plus adapté aux travaux demandés. Votre satisfaction est importante, c’est pourquoi nous mettons des moyens en œuvre pour vous garantir un résultat de qualité. Ainsi, vous économisez votre argent et de l’énergie.

Prime CEE : Chaudière biomasse collective

CEE pour financer votre chaudière biomasse collective

Bientôt disponible.

Chaudière biomasse collective

Opération :

L’installation d’une chaudière biomasse collective pour un système de chauffage central collectif est réalisée dans des bâtiments résidentiels collectifs existants.

A savoir :

Grâce aux Certificats Économie Énergie, vous pouvez obtenir un montant vous permettant de financer ces travaux. La chaudière haute performance énergétique a un rendement très élevé. En plus de cela, en utilisant ce simulateur, vous bénéficiez d’une assistance gratuite avant, pendant et après vos travaux.

BAR-TH-165 : Chaudière biomasse collective

BAR-TH-165 : Chaudière biomasse collective

1. Secteur d’application

Bâtiments résidentiels collectifs existants.

2. Dénomination

Mise en place d’une chaudière biomasse pour un système de chauffage central collectif.

3. Conditions pour la délivrance de certificats

La mise en place est réalisée par un professionnel.
La chaudière utilise de la biomasse ligneuse notamment à base de bûches de bois, de copeaux de bois, de bois comprimé sous forme de granulés, de bois comprimé sous forme de briquettes ou de sciure de bois. 

 Elle est équipée d’un régulateur de classe IV minimum.
Une chaudière à alimentation automatique est associée à un silo d’un volume minimal de 225 litres, neuf ou existant. Une chaudière à alimentation manuelle est associée à un ballon tampon, neuf ou existant.
La chaleur nette utile produite par l’ensemble des chaudières biomasse installées est strictement inférieure à 12 GWh/an.
La mise en place d’une chaudière biomasse fait l’objet d’une étude préalable de dimensionnement établie, datée et signée par un professionnel ou un bureau d’étude et précisant les besoins de chaleur du bâtiment résidentiel. Cette étude de dimensionnement comporte : 

– la raison sociale et l’adresse du bénéficiaire ;

– la raison sociale et l’adresse du bénéficiaire ;

– la détermination des caractéristiques générales de l’installation destinée au chauffage des locaux et/ou à la production d’eau chaude sanitaire ;

– les variations des besoins (courbe monotone) à prévoir au cours de la journée, du mois, de l’année (DJU) et les fonctionnements par intermittences ;

– les équipements d’appoint et ceux de secours en fonction des moyens de production de chaleur en place;

– les caractéristiques et usage des installations existantes et la description bâtiment par bâtiment des installations de chauffage, réseau de distribution (puissance, surface chauffée, nombre de logements et d’émetteurs de chauffage, température intérieure recommandée … ) et du système de production d’ECS;

– les caractéristiques thermiques et données techniques de base des bâtiments concernés par le projet ;

– la détermination et les factures des consommations énergétiques constatées pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire a minima sur les deux années calendaires précédant l’engagement de l’opération;

– la détermination des besoins énergétiques prévisionnels le cas échéant après mise en place de mesures permettant de réduire les déperditions thermiques du bâtiment ;

– la détermination de la puissance thermique à installer fournie par la biomasse, du rendement de chaque chaudière à installer, des consommations prévisionnelles en biomasse et en autres combustibles (MWh ou kWh PCI);

– la quantification des besoins volumique et massique d’approvisionnement en biomasse en fonction de leurs caractéristiques (nature, essence, humidité, densité … ) et la description des moyens de stockage sur site (silo à granulés … ) ;

– la justification de la quantité de chaleur nette utile produite par chaque chaudière (Q en kWh/an).Le document justificatif spécifique à l’opération est l’étude de dimensionnement préalable à l’installation de la (ou des) chaudière(s) biomasse. 

 3.1. La puissance thermique nominale de la chaudière est  500 kW: 

 L’efficacité énergétique saisonnière (î]s) de la chaudière selon le règlement (UE) n° 2015/1189 de la Commission du 28 avril 2015 est supérieure ou égale à 83 %.
L’efficacité énergétique saisonnière prise en compte est celle de la chaudière seule pour les besoins de chauffage des locaux (hors dispositif de régulation). 

 

 La chaudière installée répond aux critères suivants selon son mode de chargement : 

 – Pour une chaudière à chargement manuel :

– Pour une chaudière à chargement manuel :

– les émissions saisonnières de particules sont inférieures à 60 mg/Nm3 ; 

– les émissions saisonnières de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 700 mg/Nm3 ; 

– les émissions saisonnières d’oxydes d’azote (NOx) sont inférieures à 200 mg/Nm3 ; 

– les émissions saisonnières de composés organiques gazeux sont inférieures à 30 mg/Nm3 ; 

 

– Pour une chaudière à chargement automatique :

– les émissions saisonnières de particules sont inférieures à 40 mg/Nm3 ; 

– les émissions saisonnières de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 500 mg/Nm3 ; 

– les émissions saisonnières d’oxydes d’azote (NOx) sont inférieures à 200 mg/Nm3 ; 

– les émissions saisonnières de composés organiques gazeux sont inférieures à 20 mg/Nm3.

Les valeurs en concentration sont exprimées en mg/Nm3 à 10 % d’O2.
Pour les chaudières de puissance nominale inférieure ou égale à 70 kW, le label Flamme verte 7* permet de satisfaire les conditions ci-dessus relatives aux émissions atmosphériques.
La preuve de la réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’une chaudière biomasse, sa puissance nominale, l’installation d’un régulateur ainsi que la classe de celui-ci et, le cas échéant, l’installation d’un silo et son volume, ou l’installation d’un ballon tampon. Elle indique également son efficacité énergétique saisonnière (11s) selon le règlement (UE) n° 2015/1189 de la Commission du 28 avril 2015 et le niveau de ses émissions saisonnières de particules, de monoxyde de carbone, d’oxyde d’azote et de composés organiques gazeux selon ce même règlement, ou la mention du label Flamme verte 7* obtenu pour les chaudières de puissance nominale inférieure ou égale à 70 kW.
A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un matériel avec ses marque et référence et elle est accompagnée d’un document issu du fabricant ou d’un organisme établi dans l’Espace économique européen et accrédité selon la norme NF EN ISO/IEC 17065 par le Comité français d’accréditation (COFRAC) ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation.
Ce document indique que le matériel de marque et référence mis en place est une chaudière biomasse équipée d’un silo d’au moins 225 litres ou d’un ballon tampon, et d’un régulateur et mentionne la classe du régulateur. Il précise la puissance nominale de la chaudière et son efficacité énergétique saisonnière (11s) selon le règlement (UE) n° 2015/1189 de la Commission du 28 avril 2015 ainsi que les valeurs des émissions saisonnières de polluants selon ce même règlement ou, le cas échéant, que la chaudière mise en place possède le label Flamme verte 7*. 

 3.2. La puissance thermique nominale de la chaudière est > 500 kW :

Le rendement PCI à pleine charge est supérieur ou égal à 92 %.
La chaudière installée répond aux critères suivants : 

 – les émissions de particules sont inférieures à 75 mg/Nm3 ; 

– les émissions de particules sont inférieures à 75 mg/Nm3 ; 

– les émissions d’oxydes d’azote (NOx) sont inférieures à 300 mg/Nm3.

 

 Les valeurs en concentration sont exprimées en mg/Nm3 sur gaz sec à 6 % d’O2.

La preuve de réalisation de l’opération mentionne : 

– l’installation d’une chaudière ;

– l’installation d’une chaudière ;

– la puissance nominale de la chaudière installée ;

– le rendement PCI à pleine charge de la chaudière installée ;

– le niveau des émissions de particules et d’oxydes d’azote; et

– l’installation d’un régulateur et la classe de celui-ci.

 A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne l’installation d’un équipement avec ses marque et référence et elle est complétée par un document issu du fabricant indiquant que l’équipement de marque et référence installé est une chaudière biomasse équipée d’un régulateur. Ce document précise la puissance nominale, le rendement PCI à pleine charge et le niveau des émissions de particules et d’oxydes d’azote de la chaudière installée ainsi que la classe du régulateur. 

4. Durée de vie conventionnelle

22 ans.

5. Montant de certificats en kWh cumac

Le montant de certificats d’économies d’énergie est déterminé par l’application de la formule ci-après :

Q est la chaleur nette utile produite par la chaudière biomasse installée en kWh/an. Elle est déterminée à partir de l’étude de dimensionnement préalable à la mise en place de la chaudière biomasse.

Les étapes

Quelles sont les étapes de la démarche pour le financement par certificats d’économie d’énergie ? Tout d’abord, il faut que vous réalisiez une simulation qui déclenchera la création d’un dossier. Lorsque vous aurez demandé une offre ferme, vous devrez choisir un installateur. Ensuite, à la fin des travaux…

lire plus

Un financement CEE et une assistance gratuite

Nous vous aidons à trouver un Certificat Économie Énergie adapté à vos travaux et nous vous fournissons un guide sur mesure pour votre projet. Le contrôle de la qualification de votre projet, de la qualification de votre installateur et de la facture sont garantis…

lire plus

Une assistance personnalisée et gratuite

Avant vos travaux : Nous vous aidons à trouver les opérations remboursables par les CEE. Votre montant est calculé en ligne et sans donner vos coordonnées, en quelques secondes. L’inscription à notre service est libre. Nous cherchons automatiquement le meilleur CEE,…

lire plus

Prime CEE : Appareil de réfrigération ménager de classe A++ ou A+++

CEE pour financer un appareil de réfrigération ménager de classe A++ ou A+++

Bientôt disponible.

Appareil de réfrigération ménager de classe A++ ou A+++

Opération :

Cette opération consiste à utiliser un appareil de réfrigération ménager de classe d’efficacité énergétique A++ ou A+++. Les appareils de réfrigération sont des appareils électriques uniquement alimentés sur secteur et d’un volume de stockage compris entre 10 litres et 1500 litres.

Les caves à vins ne sont pas éligibles à cette opération.

À savoir :

Grâce aux Certificats Économie Énergie, vous pouvez obtenir un montant vous permettant de financer ces travaux. En plus de cela, en utilisant ce simulateur, vous bénéficiez d’une assistance gratuite avant, pendant et après vos travaux.