Isolation des toitures terrasses

CEE pour financer l’isolation de toiture terrasse

Isolation de toiture terrasse

Opération :

Un doublage extérieur isolant est mis en place afin d’assurer l’isolation de toiture terrasse ou couverture de pente inférieure à 5%. Ce dispositif est réalisé sur des locaux du secteur d’activité tertiaire réservés à l’utilisation professionnelle.

À savoir :

Pour pallier l’usage excessif de climatisation ou de chauffage, ce certificat d’économie d’énergie vous permet d’obtenir une prime pour l’isolation de toiture terrasse. Il faut savoir que l’isolation de la toiture est en grande partie responsable de la variation de la température dans les bâtiments ou locaux. Une mauvaise isolation de votre toiture terrasse est responsable de 30 % des déperditions de chaleur. De plus, cette isolation vous permet de supprimer les bruits extérieurs.

Il existe deux types d’isolation pour les toitures terrasses : l’isolation conventionnelle et l’isolation inversée. Ces isolations se font par l’extérieur.

D’abord, l’isolation conventionnelle consiste à placer une couche isolante entre la membrane d’étanchéité et le pare-vapeur. Pour l’isolation inversée, on place l’isolant sur la membrane d’étanchéité directement.

Grâce aux Certificats Économie Énergie, vous pouvez obtenir un montant vous permettant de financer ces travaux. En plus de cela, en utilisant ce simulateur, vous bénéficiez d’une assistance gratuite avant, pendant et après vos travaux.

Certificat Économie Énergie pour l’isolation et les fenêtres

Certificat Économie Énergie pour l’isolation et les fenêtres

Certificat Économie Énergie pour le Secteur Tertiaire

Plus de détails sur les opérations et le matériel d’isolation en secteur tertiaire

Règles d'éligibilité pour l'isolation des murs ou des façades

Cette opération s’applique aux locaux tertiaires existants et réservés à une utilisation professionnelle. Ces travaux consistent au doublage de l’isolant (complexe ou sur ossature) sur les murs par l’intérieur ou par l’extérieur. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • La résistance thermique R de l’isolation installée est supérieure ou égale à 3,7 m².K/W.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EN-102.

Règles d'éligibilité pour l'isolation des toitures terrasses

Cette opération s’applique aux locaux tertiaires existants et réservés à une utilisation profesionnelle. Ces travaux consistent à installer un doublage extérieur isolant sur une toiture terrasse ou sur une couverture de pente inférieure à 5 %.

Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • La résistance thermique R de l’isolation installée est supérieure ou égale à 4,5 m².K/W.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EN-107.

Règles d'éligibilité pour l'isolation des fenêtres ou portes-fenêtre complète avec vitrage isolant

Cette opération s’applique aux locaux tertiaires existants et réservés à une utilisation professionnelle.

Ces travaux consistent à l’installation d’une fenêtre, fenêtre de toiture ou porte-fenêtre complète avec un vitrage isolant. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • Le coefficient de transmission surfacique Uw et le facteur solaire Sw sont :

– Pour les fenêtres de toitures : Uw ≤ 1,5 W/m².K et Sw ≤ 0,15 ;

– Pour les autres fenêtres ou portes-fenêtres : Uw ≤ 1,3 W/m2.K et Sw ≤ 0,35.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EN-104.

Règles d'éligibilité pour l'isolation des combles, toit, toitures

Cette opération s’applique aux locaux tertiaires existants et réservés à une utilisation professionnelle. Ces travaux consistent à réaliser une isolation thermique en plancher de combles perdus ou en rampant de toiture. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • La mise en place est réalisée par un professionnel.

     

  • La résistance thermique R de l’isolation installée est supérieure ou égale à 6m².K/W en plancher de comble perdu ou en rampant de toiture.

     

  • La résistance thermique est évaluée selon la norme NF EN 12664, la norme NF EN 12667 ou la norme NF
    EN 12939 pour les isolants non réfléchissants et selon la norme NF EN 16012+A1 pour les isolants réfléchissants.

     

     

  • Un pare-vapeur ou tout autre dispositif permettant d’atteindre un résultat équivalent est mis en place, lorsqu’il est nécessaire de protéger les matériaux d’isolation thermique contre les transferts d’humidité pour garantir la performance de l’ouvrage.

  • Un délai minimal de sept jours francs est respecté entre la date d’acceptation du devis et la date de début des travaux (pose de l’isolant)
    Une opération ne peut être engagée moins de douze mois suivant l’engagement d’une opération portant sur un même bâtiment et un même bénéficiaire.

     

  • La preuve de la réalisation de l’opération mentionne :

    • la mise en place d’une isolation de combles ou de toiture;
    • la mise en place d’une isolation de combles ou de toiture;
    • la surface d’isolant installé ;
    • la résistance thermique de l’isolation mise en place évaluée, suivant la nature de l’isolant, selon l’une des normes susvisées.
    • les aménagements nécessaires à la mise en place de l’isolation (coffrage ou écran de protection autour des conduits de fumées et des dispositifs d’éclairage encastrés; rehausse rigide au-dessus de la trappe d’accès; pare-vapeur ou tout autre dispositif équivalent lorsqu’il est nécessaire de protéger les matériaux d’isolation thermique contre les transferts d’humidité pour garantir la performance de l’ouvrage).

     

  • À défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un matériau avec ses marque et référence et la surface de matériau installée, et elle est complétée par un document issu du fabricant ou d’un organisme établi dans l’Espace économique européen et accrédité selon la norme NF EN ISO/IEC 17065 par le Comité français d’accréditation (COFRAC) ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation.

     

  • Ce document indique que le matériau de marque et référence mis en place est un isolant et précise ses caractéristiques thermiques (résistance thermique ; ou conductivité thermique et épaisseur) évaluées, suivant la nature de l’isolant, selon l’une des normes susvisées. En cas de mention d’une date de validité, ce document est considéré comme valable jusqu’à un an après sa date de fin de validité. Pour les références proposées en différentes épaisseurs, la preuve de réalisation, si elle ne mentionne pas la résistance thermique de l’isolation installée, doit impérativement en préciser l’épaisseur.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EN-101.

Règles d'éligibilité pour l'isolation du sol et du plancher

Cette opération s’applique aux locaux tertiaires existants et réservés à une utilisation professionnelle. Ces travaux consistent au doublage isolant sur/sous plancher bas situé sur un sous-sol non chauffé, sur un vide sanitaire ou sur un passage ouvert. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • La mise en place est réalisée par un professionnel.

     

  • La résistance thermique R de l’isolation installée est supérieure ou égale à 3 m².K/W.

     

  • La résistance thermique est évaluée selon la norme NF EN 12664, la norme NF EN 12667 ou la norme NF EN 12939 pour les isolants non réfléchissants et selon la norme NF EN 16012+A1 pour les isolants réfléchissants.

     

  • Un pare-vapeur ou tout autre dispositif permettant d’atteindre un résultat équivalent est mis en place, lorsqu’il est nécessaire de protéger les matériaux d’isolation thermique contre les transferts d’humidité pour garantir la performance de l’ouvrage.

  • Un délai minimal de sept jours francs est respecté entre la date d’acceptation du devis et la date début des travaux (pose de l’isolant).
    Une opération ne peut être engagée moins de douze mois suivant l’engagement d’une opération portant sur un même bâtiment et un même bénéficiaire.

  • La preuve de la réalisation de l’opération mentionne :

    • la mise en place d’une isolation d’un plancher ;
    • la mise en place d’une isolation d’un plancher;
    • et la surface d’isolant installé ;
    • et la résistance thermique de l’isolation mise en place évaluée, suivant la nature de l’isolant, selon l’une des nonnes susvisées.
    • les aménagements nécessaires à la mise en place de l’isolation (coffrage ou écran de protection autour des conduits de fumées et des dispositifs d’éclairage encastrés ; rehausse rigide au niveau de la trappe d’accès; pare-vapeur ou tout autre dispositif équivalent lorsqu’il est nécessaire de protéger les matériaux d’isolation thermique contre les transferts d’humidité pour garantir la performance de l’ouvrage).

     

  • À défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un matériau avec ses marque et référence et la surface de matériau installée, et elle est complétée par un document issu du fabricant ou d’un organisme établi dans l’Espace économique européen et accrédité selon la norme NF EN ISO/IEC 17065 par le Comité français d’accréditation (COFRAC) ou tout autre organisme d’accréditation signataire de l’accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d’accréditation.

     

  • Ce document indique que le matériau de marque et référence mis en place est un isolant et précise ses caractéristiques thermiques (résistance thermique ; ou conductivité thermique et épaisseur) évaluées, suivant la nature de l’isolant, selon l’une des normes susvisées. En cas de mention d’une date de validité, ce document est considéré comme valable jusqu’à un an après sa date de fin de validité. Pour les références proposées en différentes épaisseurs, la preuve de réalisation, si elle ne mentionne pas la résistance thermique de l’isolation installée, doit impérativement en préciser l’épaisseur.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EN-103.

Règles éligibilité pour l'isolation des points singuliers tertiaire

Cette opération consiste à mettre en place des housses pour l’isolation de points singuliers sur un réseau hydraulique isolé de chauffage et/ou d’eau chaude sanitaire, situé dans une sous-station ou dans une chaufferie pour un système collectif.

Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • Un point singulier est une pièce de type vanne, réducteur, robinet, clapet, filtre, séparateur, compteur, détendeur, manchette, purgeur, pompe.

  • Pour l’application de cette fiche, un échangeur à plaques est considéré comme un point singulier. Une pièce et son jeu de bride sont comptabilisés comme un seul point singulier. Un jeu de bride permettant le raccordement de deux réseaux est comptabilisé comme un seul point singulier. Un arrêt de tuyauterie équipé d’une bride est comptabilisé comme un seul point singulier. Sont exclus les coudes, soudures et tuyauteries ainsi que tous les points singuliers sur un circuit de condensats ouverts.

     

  • Un même point singulier ne peut pas faire l’objet d’une demande de certificats d’économies d’énergie pour cette opération plus d’une fois durant la durée de vie conventionnelle mentionnée au 4.

     

  • La housse est souple, démontable et équipée d’un système de fermeture.

     

  • La housse est constituée d’un isolant à base de laine minérale et répond aux exigences de la norme NF EN 14303 définissant les spécifications des produits isolants thermiques pour l’équipement du bâtiment et les installations industrielles pour les produits manufacturés à base de laine minérales. Sa température maximale de service est supérieure à 200°C.

     

  • La résistance thermique de l’isolant (rapport entre l’épaisseur et la conductivité thermique déclarées) est supérieure ou égale à :
    • 1,5 m².K/W à une température moyenne de 50°C,
    • 1,0 m².K/W à une température moyenne de 100°C.

     

  • La conductivité thermique et l’épaisseur déclarées de l’âme isolante ainsi que la température maximale de service sont mesurées dans les conditions définies par la norme NF EN 14303.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-TH-155

Au centimètre près…

Afin de vous garantir des installations de qualité, nous vérifions les compétences de chacun de nos installateurs. Votre satisfaction et la diminution de vos dépenses énergétique sont nos principales préoccupations.

Après avoir simulé les travaux que vous souhaitez réaliser, nous vous proposons des installateurs. Ces professionnels sont très compétents et qualifiés. Nous contrôlons leurs travaux et leur savoir-faire pour vous assurer une installation de qualité, rapide et sans faille.