Variateur de Électronique Vitesse sur moteur asynchrone

CEE pour votre variateur électronique de vitesse sur moteur asynchrone

 Variateur électronique de vitesse sur moteur asynchrone

Opération :

Cette opération consiste à mettre en place un variateur électronique de vitesse sur moteur asynchrone. L’installation peut se faire sur un moteur existant et qui ne possède pas ce système ou bien, sur un moteur neuf.

A savoir :

Le variateur électronique de vitesse sur moteur asynchrone vous permet de réduire vos dépenses énergétiques de manière significative. D’autre part, ce variateur vous aide à améliorer les performances de votre moteur asynhrone. En effet, le variateur de vitesse gère les accélérations, la vitesse, la température, la tension, le courant, le flux et le couple. Ainsi, vous pouvez réguler tous ces éléments dans le but de réduire votre consommation d’énergie lors des phases qui, sans lui, consomment le plus.

Grâce au variateur électronique de vitesse sur un moteur asynchrone, vous faites d’importantes économies d’argent et d’électricité. Les Certificats Économie Énergie vous permettent d’obtenir un montant pour financer ce dispositif. En plus de cela, en utilisant ce simulateur, nous vous assurons une assistance gratuite avant, pendant et après vos travaux. Nous nous engageons à mettre à votre disposition nos équipes pour vous accompagner dans votre démarche.

Moteurs électriques, variateur de vitesse, éclairage…

Moteurs électriques, variateur de vitesse, éclairage…

Certificat Économie Énergie pour le Secteur Industriel

Plus de détails sur les opérations, le matériel et les équipements électrique en industrie

Règles d'éligibilité pour un variateur électronique de vitesse sur moteur asynchrone

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place un système de variation électronique de vitesse (VEV) sur un moteur asynchrone existant dépourvu de ce système, ou neuf de puissance nominale inférieure ou égale à 3 MW. La condition de la réalisation de ces travaux est la suivante : la mise en place est réalisée par un professionnel.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-102.

Règles d'éligibilité pour un moteur haut rendement de classe IE2

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place un moteur haut rendement de classe IE2 selon la norme NF EN CEI 60034-30-1. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • La puissance nominale du moteur est supérieure ou égale à 0,12 kW et inférieure ou égale à 1 000 kW.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-112.

Règles d'éligibilité pour l'installation de conduits de lumière naturelle

Cette opération s’applique aux bâtiments industriels existants. Ces travaux consistent à mettre en place des conduits de lumière naturelle avec pilotage de l’éclairage électrique en fonction des apports de lumière naturelle. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • Le taux de transmission lumineuse du tube est supérieur ou égal à 95 % pour 1,2 mètres de longueur de tube évalué suivant la méthode définie dans le rapport technique de la Commission Internationale de l’Éclairage CIE 173 : 2012,
  • La résistance thermique de la costière est supérieure ou égale à 0,30 m².K/W, sauf en France d’outre-mer, où elle n’est pas nécessaire.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-BA-114.

Règles d'éligibilité pour l'installation d'un moteur asynchrone de classe IE4

Cette opération s’applique aux bâtiments industriels existants. Ces travaux consistent à mettre en place un moteur haut rendement IE4. Il faut que le moteur respecte la norme NF EN CEI 60034-30-1. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • La puissance utile du moteur est supérieure ou égale à 0,12 kW et inférieure ou égale à 1000 kW.

  • La preuve de la réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un moteur asynchrone de classe IE4 selon la norme CEI 60034-30-1 et sa puissance utile.

À défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un équipement avec ses marques et référence et elle est complétée par un document issu du fabricant indiquant que l’équipement de marque et référence installé est un moteur asynchrone de classe IE4 selon la norme CEI 60034-30-1. Ce document précise la puissance utile du moteur.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-132.

Règles d'éligibilité pour l'installation d'un système électronique de pilotage d’un moteur électrique avec récupération d’énergie

Cette opération s’applique au secteur industriel. Ces travaux consistent à installer un système électronique de pilotage d’un moteur électrique neuf ou existant permettant de récupérer l’énergie de freinage d’une application industrielle de levage ou de centrifugation. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • La mise en place est réalisée par un professionnel.

  • Le système électronique de pilotage avec récupération d’énergie est installé sur un moteur électrique triphasé asynchrone ou synchrone de puissance utile unitaire inférieure ou égale à 1 MW.

  • L’électricité produite par récupération de l’énergie de freinage est autoconsommée en totalité uniquement par le site bénéficiaire de l’opération.

  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne l’installation d’un système électronique de pilotage d’un moteur électrique avec récupération d’énergie, pouvant aussi être appelé système de variation électronique réversible à quatre quadrants.

     

  • A défaut, la preuve de réalisation de l’opération mentionne l’installation d’un équipement permettant de récupérer l’énergie de freinage d’une application, avec la marque et la référence de cet équipement. Elle est complétée par un document issu du fabricant indiquant que l’équipement de marque et référence installé est un système électronique de pilotage avec récupération d’énergie.

  • La mise en place d’un système électronique de pilotage d’un moteur électrique avec récupération d’énergie fait l’objet d’une étude de dimensionnement préalable établie, datée et signée par un professionnel ou un bureau d’étude. Cette étude précise les caractéristiques principales de l’installation :
    – Le descriptif de l’application ciblée,
    – Le descriptif des équipements à mettre en place,
    – La puissance du système installé,
    – La puissance utile de chaque moteur piloté par le système,
    – La durée annuelle de fonctionnement de chaque moteur piloté par le système et pour chacun le pourcentage de temps passé en mode frein,

    – La justification de la capacité du réseau électrique interne du site à réutiliser la totalité de l’énergie de freinage produite par le dispositif à tout instant (100% de l’énergie produite est autoconsommée par le site)
    – L’évaluation des économies d’énergie attendues

     

  • Le document justificatif spécifique à l’opération est l’étude de dimensionnement préalable à la mise en place du système électronique de pilotage de moteurs avec récupération d’énergie.
    Les installations provisoires (ex : grue de chantier) sont exclues du périmètre de l’opération.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-133.

Règles d'éligibilité pour l'installation d'un système de mesurage d’indicateurs de performance énergétique

Cette opération s’applique au secteur industriel. Ces travaux consistent à installer un système de mesurage d’Indicateurs de Performance Énergétique (IPE) sur un ou plusieurs équipements ou ensembles d’équipements constituant un usage énergétique. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Un système de mesurage se compose de plusieurs éléments : les appareils de mesure, les moyens de relevé et d’historisation et les moyens de calcul et d’affichage des données. Ces éléments peuvent être existants à condition de s’assurer du bon fonctionnement des éléments existants et de leur compatibilité avec les nouveaux éléments du système de mesurage mis en place.
  • Les éléments ajoutés en complément de l’existant doivent répondre aux exigences suivantes :
    – Les nouveaux éléments de mesure (appareils de mesure, moyens de relevé et d’historisation) font l’objet d’une acquisition par le bénéficiaire de l’opération ;
    – Le logiciel de gestion énergétique est acquis par le bénéficiaire ou fait l’objet d’une location ou d’un abonnement. Les outils de bureautique classique type « tableur » ne sont pas considérés comme logiciel de
    gestion énergétique.
  • La puissance nominale d’un équipement ou d’un ensemble d’équipements constituant un usage énergétique faisant l’objet de mesures nécessaires au calcul d’un IPE est strictement inférieur à 10 MW.
  • Les IPE sont calculés sous forme d’une fonction dépendant d’une part de la mesure de la consommation d’énergie d’un équipement ou d’un ensemble d’équipements constituant un usage énergétique et d’autre part de la mesure de la production ou le niveau de service assuré par l’équipement ou l’ensemble d’équipements constituant un usage énergétique sur une même période de temps.
  • La mise en place d’un système de mesurage d’Indicateurs de Performance Energétique fait l’objet avant l’engagement de l’opération d’une étude, préalable à l’intégration du système de mesurage sur le site concerné par
    l’opération, réalisée par un professionnel ou un bureau d’étude. Cette étude identifie les usages énergétiques et décrit les équipements constituant chacun de ces usages. Elle décrit le système de mesurage adapté à chaque usage, les indicateurs de performances pertinentes pour le suivi des équipements, les moyens de mesurage installés (existants et nouveaux) et les modalités d’exploitation et de restitution des données collectées. Elle reprend a minima les étapes 1 à 6 du plan de mesurage et de surveillance défini dans la norme NF EN 17267.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-134.

Règles d'éligibilité pour un moto-variateur synchrone à aimants permanents

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place un moto-variateur synchrone à aimants permanents ou à réluctance de puissance nominale inférieure ou égale à 1 MW. La condition de la réalisation de ces travaux est la suivante : la mise en place est réalisée par un professionnel.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-114.

Règles d'éligibilité pour une presse à injecter toute électrique ou hybride

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place une presse à injecter toute électrique ou d’une presse à injecter hybride (électrique et hydraulique) ou transformation d’une presse à injecter hydraulique en presse à injecter hybride. La condition de la réalisation de ces travaux est la suivante : la mise en place est réalisée par un professionnel.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-129.

Règles d'éligibilité pour un système de transmission performant

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place une transmission par poulie et courroie synchrone (dentée) ou une transmission directe dans le cas d’une pompe, d’un ventilateur ou d’un compresseur en remplacement d’un système de transmission par adhérence (par poulie et courroie plate, trapézoïdale ou striée) existant. La condition de la réalisation de ces travaux est la suivante : la mise en place est réalisée par un professionnel.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-127.

Règles d'éligibilité pour le financement d'un moteur de classe IE3 Premium

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place un moteur premium de classe IE3 selon la norme NF EN CEI 60034-30-1. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • La puissance nominale du moteur est supérieure ou égale à 0,12 kW et inférieure ou égale à 1 000 kW.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-123.

Règles d'éligibilité pour le financement de luminaires à modules LED

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place un luminaire à modules LED avec ou sans dispositif de gestion de l’éclairage. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • Durée de vie calculée à 25°C ≥ 50 000 heures avec une chute de flux lumineux ≤ 20 % ;
  • Efficacité lumineuse (flux lumineux total sortant du luminaire divisé par la puissance totale du luminaire auxiliaire d’alimentation compris) ≥ 110 lm/W ;
  • Facteur de puissance > 0,9 quelle que soit la puissance ;
  • Conformité à la norme EN 61000-3-2 au niveau harmonique avec un taux de distorsion harmonique sur le courant inférieur à 25 %.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-BA-116.

Règles d'éligibilité pour le financement d'un système moto-régulés

Cette opération s’applique aux projets industriels. Ces travaux consistent à mettre en place un système moto-régulé neuf sur une installation fixe existante ou neuve de pompage, de ventilation, de production de froid par compression mécanique ou de compression d’air de puissance nominale inférieure ou
égale à 1 MW.
 Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • La mise en place du système moto-régulé comprend a minima soit la mise en place d’un moteur neuf, de classe au
    moins IE3 selon la norme NF EN CEI 600034-30-1 lorsqu’il s’agit d’un moteur asynchrone, soit la mise en place
    d’une application neuve entrainée par le moteur. Elle comprend également l’installation des nouveaux équipements
    suivants :
    – Une transmission par poulie/courroie synchrone (dentée) ou une transmission directe ;
    – Un variateur électronique de vitesse ;
    – Un ou plusieurs capteur(s) nécessaire(s) à la régulation ;
    – Une boucle de régulation ;
    – Un compteur de l’énergie électrique consommée par le système.
    La mise en place du système moto-régulé fait l’objet d’une étude préalable établie, datée et signée par un
    professionnel ou un bureau d’étude définissant les besoins fonctionnels du système et le dimensionnement des
    équipements à mettre en place pour répondre à ces besoins. Cette étude comporte :
    – La raison sociale et l’adresse du bénéficiaire ;
    – L’adresse du chantier si différente de l’adresse du bénéficiaire ;
    – La présentation des finalités du projet, la description des fonctions du système moto-régulé et la description de
    la solution proposée ;
    – Les caractéristiques initiales de l’installation en place :

    • marque, référence et puissance du moteur et du variateur électronique de vitesse s’il existe ;
    •  marque, référence et puissance de la pompe, du ventilateur, du groupe de production de froid ou du
      groupe de production d’air comprimé ;
    • type de transmission en place ;
      – Les préconisations techniques du système moto-régulé à mettre en place :
    • puissance des éléments (moteur, variateur électronique de vitesse, pompe, ventilateur, groupe de
      production de froid ou groupe de production d’air comprimé) à mettre en place ;
    • descriptif du type de transmission performante à mettre en place ;
    • descriptif et fonction du ou des capteur(s) nécessaire(s) à la régulation (ex : mesure d’intensité, de
      température, de débit, de puissance, de tensions…) ;
    • type de compteur d’énergie électrique consommée.
      – Le principe de fonctionnement de la boucle de régulation et le descriptif de l’intervention sur cette boucle
      (description de la boucle de régulation, typologie, grandeurs régulées et capteurs utilisés).
      La puissance du système moto-régulé après l’opération est inférieure ou égale à la puissance du moteur de
      l’installation existante, dans le cas d’un remplacement.
      La preuve de la réalisation de l’opération mentionne la mise en place d’un système moto-régulé tel que décrit dans
      l’étude préalable comprenant :
      – Les marque et référence du moteur et sa puissance et/ou celles de l’application entraînée par le moteur
      (pompe, ventilateur, compresseur de froid ou compresseur d’air neufs) ;
      – les marque et référence du variateur électronique de vitesse installé ;
      – la mise en place d’une transmission poulie/courroie synchrone (dentée) ou d’une transmission directe ;
      – la mise en place des capteurs nécessaires à la régulation et leurs fonctions (intensité, température, débit,…) ;
      – la mise en place d’un compteur de l’énergie électrique consommée sur le système moto-régulé.
      Le document justificatif spécifique à l’opération est l’étude préalable à la mise en place du système moto-régulé.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche IND-UT-136.

Notre service en ligne

Les montants dispensés par les CEE ne sont pas si faciles à calculer. C’est pourquoi, nous avons créé un logiciel qui analyse les paramètres du lieu de travaux et estime ce montant. Plus besoin de perdre votre temps et votre énergie en recherchant !

Notre simulateur fait le travail à votre place. De plus, si vous avez des questions ou des incompréhensions, n’hésitez pas à contacter notre service d’assistance. Ce service est gratuit, nous tenons à ce que vous soyez satisfait et que vous puissiez économiser de l’énergie.

Certificat Économie Énergie pour l’éclairage

Certificat Économie Énergie pour l’éclairage

Certificat Économie Énergie pour le Secteur Tertiaire

Plus de détails sur les opérations, le matériel et les équipements électrique en secteur tertiaire

Règles d'éligibilité pour les luminaires à modules LED pour surfaces commerciales

Cette opération s’applique aux bâtiments tertiaires existants de type commerce, de surface supérieure ou égale à 400 m². Ces travaux consistent à installer des luminaires à modules LED avec ou sans dispositif de gestion. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • L’éclairage à modules LED respecte pour chaque luminaire les critères suivants :

– Durée de vie ≥ 50 000 heures avec une chute de flux lumineux ≤ 20 % ;

– Pour les luminaires d’éclairage général, l’efficacité lumineuse est ≥ 110 lm/W ;

– Pour les luminaires d’éclairage d’accentuation et les luminaires continus asymétriques, l’efficacité lumineuse est ≥ 100 lm/W

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EQ-111.

Règles d'éligibilité pour l'installation de conduits de lumière naturelle

Cette opération s’applique aux bâtiments tertiaires existants. Ces travaux consistent à installer des conduits de lumière naturelle avec pilotage de l’éclairage électrique en fonction des apports de lumière naturelle. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • Le taux de transmission lumineuse du tube est supérieur ou égal à 95 % pour 1,2 mètres de longueur de tube évalué suivant la méthode définis dans le rapport technique de la Commission Internationale de l’Éclairage CIE 173 : 2012.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EQ-131.

Règles d'éligibilité pour l'Éclairage LED pour meubles frigorifiques verticaux

Cette opération s’applique aux bâtiments tertiaires existants de types :

  • Locaux de distribution alimentaire,
  • Supermarchés,
  • Petits magasins alimentaires.

Ces travaux consistent à remplacer l’éclairage existant (tubes fluorescents T5 ou T8) par un éclairage LED (tubes, modules) dans un meuble frigorifique de vente vertical existant, fermé ou ouvert. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • La mise en place est réalisée par un professionnel.
  • L’éclairage LED remplace uniquement des tubes fluorescents T5 ou T8 et respecte les caractéristiques suivantes :
    – efficacité lumineuse (flux lumineux total sortant divisé par la puissance totale consommée par le système,
    auxiliaire d’alimentation compris) ≥ 70 lumens/W ;
    – facteur de puissance > 0,95 quelle que soit la puissance ;
    – durée de vie supérieure ou égale à 50 000 heures avec une chute de flux lumineux ≤ 30 % ;
    – conformité à la norme EN 61000-3-2 au niveau harmonique avec un taux de distorsion sur courant inférieur à
    25 %.
  • La preuve de réalisation de l’opération mentionne l’installation d’un éclairage LED pour meuble frigorifique vertical
    et précise, pour l’équipement installé, la nature de l’éclairage (tubes, modules), l’efficacité lumineuse, le facteur de
    puissance, la durée de vie avec chute de flux lumineux ≤ 30 %, la conformité à la norme EN 61000-3-2 au niveau
    harmonique avec un taux de distorsion sur courant inférieur à 25 %, la mention de la dépose des tubes fluorescents
    T5 ou T8 ainsi que la longueur remplacée, en mètre linaire.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EQ-114.

Règles d'éligibilité pour les luminaires d'éclairage général à modules LED

Cette opération s’applique aux bâtiments tertiaires existants. Ces travaux consistent à installer des luminaires d’éclairage général à modules LED avec ou sans dispositif de gestion. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • L’éclairage à modules LED mis en place respecte les critères suivants :

– Durée de vie ≥ 50 000 heures avec une chute de flux lumineux ≤ à 30 %.

– Efficacité lumineuse (flux lumineux total sortant du luminaire divisé par la puissance totale du luminaire, auxiliaire d’alimentation compris) ≥ 90 lm/W.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EQ-127.

Règles d'éligibilité pour le remplacement de tube T8 par tube LED

Cette opération s’applique aux bâtiments tertiaires existants de types :

  • Espaces de vente ou de stockage de commerces d’une surface supérieure ou égale à 400 m² ,
  • Parkings couverts, tous secteurs (parking couvert des bâtiments résidentiels y compris),
  • Établissements sportifs (hors bureaux).

Ces travaux consistent à installer des tubes à LED de diamètre T8, à éclairage hémisphérique, de 1,2 ou 1,5 m, avec ou sans dépose du ballast. Les conditions de la réalisation de ces travaux sont les suivantes :

  • Mise en place réalisée par un professionnel,
  • Les tubes remplacent uniquement des tubes fluorescents de type T8.

Nous avons basé nos calculs sur la fiche BAT-EQ-132.

Nos valeurs

Nous tenons vraiment à améliorer votre confort et celui de vos visiteurs. Notre priorité est de vous aider à optimiser vos dépenses énergétiques.

Pour cela nous mettons à votre disposition un service de simulation en ligne et nous vous accompagnons au cours de votre démarche. Des opérateurs sont à votre disposition pour répondre à vos questions. Notre service en ligne simplifie et facilite la démarche. Vous pouvez obtenir une estimation et un dossier CEE en quelques minutes seulement.